Achat d’un véhicule d’occasion

Achat d’un véhicule d’occasion

A moins d’être entouré des conseils d’un bon professionnel de la vente, l’acquisition d’un véhicule d’occasion relève de la tombola, la roulette russe, voire de l’erreur que l’on n’aurait jamais dû commettre.

Les conseilleurs n’étant pas les payeurs, mieux vaut dans un premier temps éviter de se renseigner auprès de sa famille. En cas de problème avec le véhicule, les conflits familiaux risquent d’être exacerbés.

Parmi les vendeurs,  nous avons déjà eu l’occasion de le souligner, la majorité d’entre eux sont de réels professionnels, qui accompagneront la transaction d’une garantie, que vous payerez quoiqu’il en soit, ne vous faites aucune illusion, de la mise en main du nouveau produit, et prendrons le temps de vous expliquer les conditions de cette garantie, vos droits mais aussi vos devoirs (respects des préconisations des entretiens…., visite après les premiers 1000 kilomètres…).

Nous avons coutume de dire qu’un modèle, quel qu’il soit, est à rechercher dans le réseau.

Pourquoi ?

Un réseau est le seul, encore aujourd’hui à connaître l’évolution d’un produit, les campagnes de rappels du constructeur, les petites pannes récurrentes qu’il n’est pas inutile de connaître.

C’est plus cher d’acheter dans le réseau, comme c’est plus cher de faire réparer dans le réseau.

C’est un point de vue économique à courte vue et les petites économies, souvent illusoires, conduisent à des catastrophes (exemples :plus de voiture, plus de travail ou plus de moyens d’en rechercher, plus de moyens de parcourir les 5 kilomètres pour conduire les enfants à l’école, sans parler des contraintes en termes de médecin, de pharmacie, ou tout simplement, de ravitaillement hebdomadaire…)

Nous avons rencontré, au cours de ces trente dernières années, dans le traitement de dossiers de litiges, opposant le propriétaire d’un véhicule et son vendeur, de telles incompréhensions, de part et d’autre, qu’à la fin, une fois le trait de l’addition tiré, le prix à payer, pour les réparations, les immobilisations, la perte de jouissance est si élevé, que nous entendons, bien souvent, le propriétaire nous dire : « Si j’avais su ! »

Nous le répétons, la grande majorité des professionnels de la vente automobile exerce son activité avec rigueur.

Combien êtes-vous encore aujourd’hui  à faire l’acquisition d’une « merveille » dont la garantie ne dépasse pas l’enceinte de l’entreprise du vendeur ?

Trop nombreux encore sont les litiges qui opposent les consommateurs à  certains professionnels non scrupuleux, du kilométrage, des entretiens à effectuer et réalisés sur un produit qui vous a séduit.

L’expert en automobile est le seul technicien en capacité de vous accompagner et vous conseiller dans votre choix, vos droits et vos devoirs.

Il examinera la voiture dans un centre de contrôle technique non complaisant, de manière volontaire, ce qui offre le double avantage de mesurer l’efficacité des organes de sécurité, et d’examiner si les soubassements ne témoignent pas d’un accident, plus ou moins bien masqué,  que le vendeur vous aura caché, ou dont il ne sera pas informé ?

Il est possible aujourd’hui de savoir si un compteur kilométrique a subi des modifications, dans des pays de l’Union européenne, où cette pratique est tolérée.

En France, toute manipulation frauduleuse d’un compteur kilométrique est interdite. Si l’instrumentation a été changée, seul le réseau est en capacité de tracer cette opération en l’inscrivant sur le carnet d’entretien, et en conservant l’opération en mémoire.

Combien de fois n’avons-nous vu des kilométrages dépassant les 200000, tracés deux ou trois années auparavant, alors que le compteur n’en affiche que 85 ou 90000 ?

L’examen des clefs, chez certains constructeurs, a un coût, mais n’en demeure pas moins le gage d’une information sécurisée.

Un faible kilométrage est un argument de vente, et, dans votre esprit, futur acquéreur, une sécurité supplémentaire.

Mais la plus belle des mariées  ne peut donner que ce qu’elle a !

La jeunette a peut-être des artères plus fatiguées qu’il n’y paraît.

Alors : PRUDENCE ! PRUDENCE ! PRUDENCE !

Seul un expert en automobile peut aujourd’hui vous délivrer un rapport technique sur l’état réel du véhicule de votre choix.

Il est le seul autorisé à écrire et déposer des conclusions, car il est le seul à être inscrit sur la liste nationale, sous l’autorité de son Ministère de Tutelle, le Ministère de l’Intérieur, et engage dans son rapport,  sa responsabilité civile et pénale.

C’est un gage de sécurité que ne peuvent donner ni les vendeurs, ni les réparateurs, ni les hommes de lois.

Pourquoi ? Ils n’en ont pas le droit.

Seuls les professionnels de la réparation sont astreints à  dans un devoir de conseils.

Un coup de cœur pour une voiture, sportive, cabriolet, de ville ou simplement citadine pour déposer les enfants à l’école et se rendre ensuite à la gare ?

Seul l’expert en automobile peut, au travers de ses compétences techniques et juridiques, vous accompagner  tout au long de la procédure qui vous conduira à signer, sereinement, le bon de commande de votre prochain véhicule d’occasion, coup de cœur parmi les coups de cœur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *